top of page
  • Ignaas Devisch

Chacun sa part : méritocratie ou solidarité


Jonathan Haidt, psychologue
Jonathan Haidt, psychologue social. - Capture d’écran Youtube.

Le groupe de réflexion Itinera est un espace de réflexion indépendant qui développe une expertise stratégique nécessaire à un meilleur avenir et à une meilleure gouvernance du pays. Itinera travaille en étroite collaboration avec la société civile (Brain Trust) sur des solutions concrètes et des recommandations pratiques. Bien sûr, il existe des différences d’accent dans notre interprétation de cette affirmation, et dans ses recherches de longue date sur les fondements moraux de nos convictions politiques, Jonathan Haidt trouve à la fois un point de convergence et une importante fracture entre la gauche et la droite.

Dans le prolongement de ses études, Haidt, par le biais du projet « yourmorals » et avec une équipe de recherche, étudie comment les gens réagissent à des situations concrètes afin de déduire les fondements moraux de ces réactions et ce que cela peut nous révéler sur notre comportement en 2023. Il aborde notamment la question de savoir pourquoi les membres de l’espèce Homo sapiens ont commencé à coopérer et pourquoi cela a été évolutivement avantageux. Haïdt s’oppose à la célèbre thèse de Richard Dawkins selon laquelle nos gènes sont égoïstes et que la coopération – si elle existe – ne peut être comprise que comme un intérêt égoïste éclairé. Haïdt argumente qu’il existe également une sélection de groupe et que cette coopération avec les autres, ainsi que cette sélection, font précisément la différence avec d’autres espèces animales. En effet, au cours de l’évolution, les groupes humains qui coopèrent bien ont réussi mieux que les groupes désorganisés à acquérir des terres et de la nourriture, à se défendre et à se protéger mutuellement.

Supposons que nous ne cherchions que notre intérêt propre, alors nous ne défendrions que nous-mêmes dès que nous le pourrions. Mais il est possible de trouver suffisamment d’exemples de personnes qui aident les autres, même si cela ne leur apporte rien en retour (au moins directement). En même temps, si nous donnions seulement au groupe sans rien en retirer, nous disparaîtrions nous-mêmes de la chaîne de la sélection, ce qui n’est pas non plus souhaitable. La question est donc : qu’est-ce qui empêche une collaboration entre les personnes de se désintégrer ? Nous devons en effet pouvoir tirer profit de la coopération et il doit y avoir de bons accords qui garantissent que l’investissement dans le groupe en vaille la peine – en d’autres termes, que nous recevions notre part du gâteau et que d’autres, qui investiraient peu ou pas du tout, ne s’approprient pas les bénéfices ; ou autrement dit, qu’il y ait une rétribution équitable du travail accompli. Sinon, la volonté de coopérer se transforme en un mode de combat où chacun revient à son propre intérêt.

Le principe de proportionnalité

Yourmorals a examiné les fondements moraux de notre comportement et a constaté que le principe de proportionnalité joue un rôle crucial à cet égard. Ce principe est basé sur les fondements de l’équité, l’un des piliers de nos systèmes moraux, qui répond au désir des gens de protéger leur communauté contre les trompeurs et les profiteurs qui, s’ils en avaient l’occasion, empêcheraient les autres de coopérer, ce qui entraînerait la désintégration de la société. C’est pourquoi les communautés ont toujours prévu des formes de punition pour les fraudeurs, et les émotions sont fortement ressenties lorsque ce fondement est violé. On peut penser au film La Ballade de Narayama, de Shohei Imamura, dans lequel une petite communauté rurale a des règles de vie strictes en matière de nourriture et de contributions de chacun. Ainsi, lorsque les personnes âgées ne peuvent plus contribuer de manière productive, elles sont envoyées seules sur la montagne de Narayama pour y mourir. C’est ainsi que la communauté parvient à se perpétuer. Ceux qui ne respectent pas les règles peuvent s’attendre à de lourdes sanctions. Tout le monde comprend ces sanctions, car sans la communauté, ils sont perdus et il est rentable de coopérer pour augmenter les chances de survie.

Haïdt situe au moins une partie de l’origine de nos systèmes moraux contemporains dans cet équilibre entre donner et recevoir, entre faire sa part pour le groupe et en obtenir une part équitable en retour. La définition de la proportionnalité peut évidemment varier. Les recherches de Yourmorals montrent que, sur tout le spectre politique, les gens sont en colère lorsque d’autres prennent plus qu’ils ne méritent. Pourtant, il existe à nouveau des différences d’accent. Les personnes à gauche de l’échiquier politique – dans le contexte américain décrit par Haïdt comme des libéraux – mettront davantage l’accent sur la solidarité et sur l’importance de s’unir contre l’oppression des élites dominantes qui prennent plus que leur part. À droite – décrit par Haïdt comme des conservateurs – les gens attachent généralement plus d’importance au fait que ceux qui travaillent le plus dur soient également les mieux rémunérés. De plus, ils mettent davantage l’accent sur le droit d’être laissé tranquille par le gouvernement – le principe de liberté personnelle est alors considéré comme une protection contre la domination ou la suprématie, plutôt que la lutte collective et solidaire contre celle-ci. Réciprocité et altruisme réciproque

Ainsi, la rétribution équitable se situe comme principe à la croisée de nos idées de liberté ou de justice et de la lutte contre une éventuelle domination par des personnes dominantes. Les gens sont à la fois égoïstes et orientés vers le groupe. Si nous jouons bien ce jeu, nous pouvons collaborer avec les autres et agrandir la part du gâteau que nous partageons ensuite. La coopération est donc bénéfique si nous en tirons tous avantage. La réciprocité ou l’altruisme réciproque va donc de pair avec l’attente d’une proportionnalité (surtout à droite) ou d’une égalité (surtout à gauche). Selon notre position dans le paysage politique, la rétribution équitable prend une signification différente, mais l’idée fondamentale selon laquelle chacun doit obtenir sa part est largement partagée. C’est précisément pour cette raison que Le sentiment de justice reste un livre intéressant, car nous ne pensons pas tous de la même manière en politique et en morale.



5 weergaven
bottom of page